Dans ce billet, nous nous intéressons de près à l’une des caractéristiques phares du logiciel open source, celle qui fait sa spécificité : la communauté. Avec une question : qu’apportent les utilisateurs communautaires à une solution open source concrètement ? Nous vous disons tout !

 

1- Les contributions

Logiciel open sourceLe modèle de l’open source permet aux utilisateurs qui le désirent – la communauté d’accéder librement au code du logiciel et d’y contribuer. Ils peuvent en effet proposer des évolutions, soit via une simple demande ou en développant le bout de code en question. Ces propositions sont ensuite évaluées par l’éditeur qui décide de les intégrer ou non au cœur de  la solution. Les critères de choix peuvent être divers. Chez Combodo, ce sont par exemple la propreté du code et la cohérence avec la stratégie produit qui priment. Pour être acceptées, les contributions doivent répondre à un vrai besoin client pour pouvoir être généralisées.

Ce qui est intéressant dans l’open source, c’est que les contributions sont visibles publiquement. Les membres de  la communauté peuvent donc réagir. De cette façon, l’éditeur voit immédiatement si la contribution est “validée” par la communauté. En effet, les commentaires de chacun aident à évaluer si elle semble réellement utile pour un grand nombre de personnes. Dans ce cas, elle peut être jugée pertinente par l’éditeur et ajoutée au code. La contribution sera alors disponible pour les clients et les utilisateurs. Sur iTop, l’une des contributions majeures concerne la traduction du logiciel dans d’autres langues. Grâce à la communauté, iTop est disponible en russe, en chinois, en néerlandais, en portugais ou encore en espagnol. Alors que l’éditeur et son partenaire allemand n’avaient fourni que trois langues nativement.

Cette philosophie de l’open source diffère totalement de celle des logiciels propriétaires, dont les évolutions sont à la discrétion exclusive de l’éditeur. Elles sont développées en “privé” et ne sont confrontées aux utilisateurs finaux qu’après intégration à la solution. 

 

2- Les extensions

Les utilisateurs communautaires peuvent apporter des extensions fonctionnelles au logiciel open source. Une communauté open source active (comme celle d’iTop) crée en effet spontanément des compléments à la solution pour des usages particuliers. Ces extensions peuvent être gratuites ou payantes. Par exemple, la ville d’Izigem en Belgique a créé une extension dédiée à la localisation des interventions dans la ville, quand Jeffrey Bostoen, l’informaticien municipal, a constaté ce manque gênant pour son employeur. Il a écrit ensuite de nombreuses extensions disponibles pour ceux qui en auraient le besoin.

Ce type de contributions fait vivre le logiciel open source en dehors de la stratégie de l’éditeur. C’est primordial ! C’est la raison pour laquelle iTop est volontairement et naturellement extensible. Une vraie notion de partage se crée alors entre les contributeurs et la communauté, qui échangent autour d’évolutions échappant totalement au contrôle de l’éditeur. Sur Internet, il existe autant d’extensions iTop développées par les utilisateurs communautaires que par l’éditeur Combodo ! 

Pour autant, Combodo garde une maîtrise totale des modifications dans le cœur d’iTop. Ces contributions sont étudiées à la loupe et l’éditeur ne retient que les plus probantes, qu’il intègre lui-même pour garantir la qualité et la maintenabilité du produit. Ceci dit, les idées partagées par la communauté participent de façon effective à l’évolution du produit.

 

3- Le test de nouvelles versions

logiciel libreGénéralement, dans l’open source, les utilisateurs communautaires ont accès à la version bêta d’une mise à jour majeure quelques mois avant sa publication. Ils peuvent ainsi la tester et faire remonter les éventuels bugs avant le déploiement chez les clients. Les utilisateurs communautaires actifs ont bien souvent un réel intérêt pour ces versions tests. En effet, ils apprécient d’avoir accès à toutes les nouveautés avant tout le monde, tester les évolutions et faire remonter les dysfonctionnements.

Une communauté open source étendue est composée de différents types d’utilisateurs : des novices, des expérimentés… Cette hétérogénéité est intéressante, car elle permet d’obtenir des analyses à travers différents prismes. Les utilisateurs avancés seront plus à même de repérer des problématiques pointues, tandis que les nouveaux utilisateurs apporteront un regard neuf sur le comportement de l’application, identifieront des mécanismes qui leur semblent étranges, que les utilisateurs habitués ne verront plus.

 

4-  La remontée des bugs et failles de sécurité

Une communauté open source réunit davantage d’utilisateurs que les logiciels propriétaires de même ancienneté et/ou notoriété. En effet, comme l’open source – dans sa version standard – offre un accès gratuit à la solution, elle attire beaucoup plus d’utilisateurs. Ainsi, la base installée est autrement plus grande que pour les autres logiciels. Cela permet notamment d’avoir une bonne couverture des tests et donc une meilleure détection des bugs (quand la communauté ne se charge pas elle-même des corrections).

Souvent, le recours à une solution open source dans une entreprise n’est pas imposé par la DSI, mais résulte d’un choix des utilisateurs finaux : cela renforce leur implication. Les utilisateurs sont plus investis dans la communauté, ils sont actifs et font volontiers remonter les bugs, et les problèmes de sécurité. Certaines entreprises réalisent même des audits complets au titre de leurs règles de sécurité internes, qu’elles transmettent à l’éditeur.

5- Les feedbacks encourageants

open source La communauté open source valorise les équipes de développement de l’éditeur et les motive grâce à la reconnaissance qu’elle leur exprime. Les espaces d’échange encouragent les développeurs du logiciel open source, les retours positifs sont importants pour eux.

Une proximité forte existe entre Combodo et les utilisateurs communautaires d’iTop. Ces derniers se sentent libres de faire des demandes et l’éditeur se tient à disposition pour y répondre au mieux. Cette communication rend la relation plus vivante et surtout, gagnant-gagnant. D’un côté, la communauté peut solliciter un réel interlocuteur, disponible pour répondre à ses questions. De l’autre, l’éditeur facilite l’adoption du produit, car une communauté active valorise la solution, c’est un critère de choix en faveur de l’open source. Cela rassure les utilisateurs et clients potentiels, qui savent que des évolutions régulières sont faites, qu’elles satisfont la communauté et que l’éditeur est à l’écoute.

Vous l’aurez compris, la communauté joue un rôle très important dans la vie d’un logiciel open source. Elle contribue à son évolution, encourage les développeurs, aide l’éditeur à adapter sa stratégie pour répondre au besoin du plus grand nombre…  C’est pourquoi la taille et l’activité de la communauté sont considérées comme des critères révélateurs de la pérennité et de la qualité d’une solution open source.

Avatar

Par Vincent Dumas, le 01/02/2021

Share This