Portées par la transformation digitale et de nouvelles offres, les ESN semblent suffisamment solides et positionnées sur des domaines stratégiques pour se relever rapidement de la crise.

 

ESN : un secteur dynamique, à l’affût des opportunités

esnDe “SSII” (Sociétés de Services et d’Ingénierie Informatique) à “ESN” (Entreprises de Services du Numérique), le changement de nom opéré en 2013 ne relève pas d’une simple coquetterie. Par cette appellation, le Syntec Numérique a voulu matérialiser le gain en maturité des entreprises et inclure les nouvelles activités du domaine des services du numérique. Ce dernier étant en constante évolution.

Aujourd’hui, les entreprises de services du numérique font évoluer leurs offres en fonction des demandes de transformation digitale de leurs clients. L’activité conseil et services des ESN a progressé de 3,1 % en 2019, portée par les secteurs banque, assurance, finance, utilities et services aux professionnels (1).

  • Le développement des nouvelles offres de services à forte valeur ajoutée comme la cybersécurité, l’intelligence artificielle et les systèmes cognitifs alimentent le marché des ESN (2).
  • Les offres d’hébergement d’applications et de systèmes pour les clients (Cloud) s’intensifient, atteignant 19,9 % du marché, soit une croissance de 19,4 % en 2019 (3).
  • Le consulting soutient également la croissance (+ 8 % p.a.) (4).
  • Le marché français du numérique a généré 56,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 (5).

 

Les clients des ESN de plus en plus exigeants

Des besoins différents selon le type d’entreprise…

En matière d’attentes vis-à-vis des ESN, PME et grandes entreprises, même combat ? La réponse est indéniablement non ! Les PME et les grandes entreprises ont des besoins différents, qui donnent lieu à une stratégie de go-to-market et des offres bien distinctes dans les ESN. 

  • Les PME cherchent des outils plutôt simples d’utilisation, fiables et standardisés. Contrairement aux grands groupes, la plupart n’ont pas de compétences techniques de pointe en interne, ni de gros budget à consacrer à des développements et de l’intégration.
  • Les grands entreprises recherchent davantage du sur-mesure avec le budget correspondant. Elles disposent de ressources en interne pour suivre des projets plus complexes.

 

… mais certaines attentes communes !

Les ESN doivent satisfaire ces deux cibles en parallèle… Mais ces dernières ont également des attentes similaires sur certains points.

À commencer par la proximité et l’agilité dans les prestations (qui implique une présence locale des ESN sur tout le territoire !)

Autre point commun : les clients des ESN continuent à exercer une pression sur les coûts, contraignant les ESN à renforcer la professionnalisation et l’industrialisation de leur activité, notamment à travers les centres de services.

 

En multipliant les sites nearshore et offshore, les plus grandes ESN ont pu, depuis 5 à 10 ans, répondre aux besoins de réduction des coûts des clients. (Source : Institut G9+)

 

Enfin, les ESN sont de plus en plus attendues sur leur capacité à proposer des prestations d’hébergement afin de délivrer elles-mêmes les applications via leur propres infrastructures.

 

Après la crise, le beau temps ?

entreprise de services du numérique SSIILes entreprises de services du numérique font partie des organisations durement touchées par la crise sanitaire du Covid-19. Logique, car le confinement a interrompu brusquement tous les déplacements, mettant ainsi en berne la plupart des projets des ESN. Ce sont en effet 4 projets sur 10 démarrés avant la crise qui ont été suspendus ou annulés (6). Beaucoup d’interventions en régie ont aussi été stoppées, car impossibles à réaliser en télétravail ou considérées comme non essentielles. Face à ce constat, seulement 3 ESN sur 10 s’attendent à ce que l’exercice 2020 soit stable ou en légère croissance, notamment grâce à un premier trimestre dynamique (7).

Pour maintenir à flot leur trésorerie, 60 % des ESN auraient déjà eu recours aux délais de paiement d’échéances sociales/fiscales ou le prévoient (8). Par ailleurs, 40 % d’entre elles bénéficient de prêts garantis par l’État (9).

De quoi entrevoir le bout du tunnel ? Comme l’a annoncé le président de Syntec Numérique, Godefroy de Bentzmann, “le numérique fait partie des solutions de relance”.  En effet, 95 % des ESN anticipent une accélération de la numérisation des organisations et des processus suite à la crise du Covid-19. Les entreprises du numérique s’attendent donc à ce que leurs clients sécurisent leurs infrastructures Cloud et investissent massivement dans la transformation digitale, pour anticiper de nouvelles pratiques relatives au recours au télétravail. Des opportunités commerciales qui pourraient relancer l’activité des ESN et signer un retour à la normale plutôt rapide.

 

(1) (2) (3) Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique, Syntec Numérique, 2019
(4) « Les grandes tendances qui transforment les ESN françaises », Apax
(5) Bilan 2018 du secteur numérique, Syntec Numérique, 2019
(6) « ESN : l’industrie numérique se prépare à surmonter la crise », Silicon
(7) (8) (9) Etude sur les impacts du Covid-19, In Extenso Finance & Transmission, avril 2020

Alexandra Zana

Par Alexandra Zana, le 27/07/2020

Product Owner chez Combodo

Share This